47 Ronin - Chushingura

L'histoire des 47 Ronin

- Chushingura -


Méditation Zen
Comprendre le Bushido
Accueil » Comprendre le Bushido
Comprendre le Bushido

Afin d’apprécier pleinement l’histoire des 47 Ronin, il est important pour nous occidentaux, de comprendre l’esprit du Bushido, fondement psychologique, philosophique et spirituel de la classe des Samourais à l’époque médiévale.

Dans l'ancien Japon, les Samourais consacraient leur vie au Bushido qui est un code de vie de transmission orale, enseignant des principes moraux et des valeurs telles que le respect, la loyauté, le courage, l’honneur et l’autodiscipline. Le Bushido trouve ses origines dans le Bouddhisme Zen ainsi que dans le Shinto. Il représente l’âme et le cœur de la société japonaise.

Le Bushido demandait aux Samourais d’être sincères, honnêtes, fiables et de vivre une vie détachée des biens matériels et de l'argent. Ils se devaient également de posséder des valeurs telles que le sens du devoir, la fierté, l'honneur, la compassion l’altruisme, plaçant les besoins des autres avant leurs propres besoins.

Les Samourais avaient une relation très intime avec la mort et, dès leur plus jeune âge, ils s’entraînaient à garder à l’esprit l’idée inéluctable de la mort. Cet état d’esprit stoïque et pragmatique leur permettait de vivre intensément le moment présent, d’apprécier réellement la vie ainsi que les personnes qui leur sont chères.

Selon le Bushido Shoshinshu écrit au XVIIe siècle par Taira Shigesuke, célèbre Samourais et stratège militaire de la période Edo: «Le premier souci du Guerrier est d'avoir toujours la mort présente à l'esprit, chaque jour et chaque nuit, du matin du premier jour de l'année jusqu'à la nuit du Nouvel An. Cette disposition de l'esprit vous permettra de remplir vos devoirs professionnels et familiaux avec justesse, sans remords. Une telle attitude de l'esprit face à la mort vous permettra d'éviter d'innombrables maux et calamités, vous serez physiquement sain et en santé, et vous vivrez une longue vie. Qui plus est, votre personnalité, la force de votre caractère et votre vertu grandiront».

Toujours selon Bushido, lorsqu’un Samourai perd son honneur ou s’il était sur ​le point de le perdre, il pouvait le retrouver en effectuant le seppuku (souvent faussement appelé «hara-kiri» en occident) qui est une forme de suicide rituel. Que le recours au seppuku fut choisi par le Samourai lui-même ou commandé sous une forme honorable de peine capitale, celui-ci était préférable à une mort déshonorante aux mains de l’ennemi. De plus, le seppuku était l’ultime preuve de fidélité, de courage et d’honneur d’un Samourai envers son Maître. Parfois, après la mort de leur Seigneur, certains vassaux faisaient preuve de leur affection et de leur chagrin, face à cette mort, en exécutant le seppuku.

Parfois, les Samourais utilisaient le seppuku comme acte radical soit de protestation contre une injustice soit pour obtenir la considération de leur seigneur lorsque celui-ci avait commis une action indigne par exemple. Aujourd'hui au Japon, civilisation la plus avancée du point de vue technologique, le Bushido ne représente plus une puissance militaire, mais un état d'esprit : ses fondements continuent à jouer un rôle majeur dans la culture et dans la société japonaise.

Cet état d’esprit s’observe au quotidien, dans toute relation hiérarchisée : travailleurs Japonais envers leurs employeurs, étudiants envers leurs enseignants, apprentis envers leurs maîtres. Ces relations de subordination sont empreintes de fidélité et de loyauté résistantes toute épreuve.

Des centaines d'années après sa disparition “officielle”, le Bushido est toujours au cœur de la structure sociale, politique et culturelle du Japon.